Tsurune

Tsurune

Licencié par Crunchyroll

TITRE ORIGINAL : ツルネ ―風舞高校弓道部―
TITRE ALTERNATIF : Tsurune: Kazemai Koukou Kyuudou-bu / Tsurune: Kazemai High School's Archery Club
ANNÉE DE PRODUCTION : 2018
GENRES : Comédie | Drame | School-Life | Sport | Tranche de vie
AUTEUR : AYANO Kotoko
STUDIO : Kyoto Animation
ÉPISODES : 13 x 24 min

RÉSUMÉ :

Source : [icotaku et nautiljon]

Lorsqu’il était au collège, Minato Narumiya faisait du tir à l’arc, mais un incident l’a poussé à arrêter définitivement cette activité. Arrivé au lycée, ses amis d’enfance tentent de le convaincre de rejoindre leur club, mais c’est une rencontre avec un mystérieux archer qui le décidera à revenir. Il intègre alors le club du lycée qui ambitionne de remporter le tournoi préfectoral…

ÉPISODES :

01  02  03  04  05  06  07  08  09  10

11  12  13

OAV :

01

Trailer :


19 commentaires sur “Tsurune

  1. Tsurune by Lyra

    C’est parti pour parler de Tsurune (=terme qui désigne donc le son de la corde lors d’un tir) un anime sur le Kyūdō, un art martial japonais qui s’apparente à du tir à l’arc.
    Bon après j’ai pas été super emballé par les graphismes dans le pseudo trailer. Entre les coupes de cheveux bof, les couleurs semi-réalistes et des yeux perdus dans le désert facial je savais plus quoi faire, mais je me suis lancée !

    DESSIN (7/10)

    ...Voir
    On reconnaît la patte de la Kyoto Animation, mais la réalisation reste, au premier coup d’oeil, en dessous du niveau de Violet Evergarden – qui m’a absolument tapé dans l’oeil – au niveau des graphismes ou même de Kyoukai no Kanata, qui a un charadesign que j’ai beaucoup apprécié. Tsurune n’est pas au même niveau que ce soit les personnages et l’animation surtout au début de la série. (Pour les décors, ex-aecquo on va dire? :p)
    KyoAni c’est pas un style qui va partout à mon goût, quand j’ai commencer la série j’étais emballée, néanmoins dès le 1er épisode, j’avoue avoir été dubitative quant au choix de charadesign. Surtout que dès le début il y a quelque couacs dans l’animation, mais c’est juste dans les tout premiers épisodes. Après le studio emploi une grande partie de son potentiel. Et là, j’ai été satisfaite et quelque peu bluffée je dois l’avouer, mais je persiste à croire qu’ils auraient pu faire mieux encore.

    Dans le charadesign, ce que je reproche le plus c’est qu’on a l’impression que les yeux se perdent dans un visage trop grand, mais bon, après on prend l’habitude (ce qui n »est pas le cas chez Shû par exemple, ces yeux ne sont pas trop rond, donc ça lui va très bien). C’est comme Quan Zhi Gao Shû et les yeux qui ne sont pas droit. Au final ça reste beau. Entre ça et l’indécision quant à l’âge des personnages, et pas beaucoup de différences majeure entres pour permettre la différenciation. Alors que Free! par exemple les chara sont très différents entres les nageurs. Ils ont tous leurs spécificités. Après les dents de requins bon. Voilà, heureusement que il n’y a pas ça dans Tsurune. On peut malgré tout observer de la recherche dans les coiffures pour que personne n’ai la même (et ce également entre anime de la KyoAni), d’ailleurs je déteste celle de Nanao, c’est loin d’être un bishonen ! (=joli garçon en gros) Je préfère le style à la Nagisa dans Free !

    Les graphismes sont proches dans la KyoAni mais y a des cependant différences (tant mieux, ça permet à l’anime de conserver une certaine singularité tout en ayant la patte du studio) seulement, j’ai une préférence pour les adultes dans Violet Evergarden et les ados à la Kyoukai no Kanata. Sinon dans K-On, Hyouka ou Tamako Market, les personnages féminins ont là des yeux bien trop grand. Contrairement à Tsurune, je sais pas pourquoi mais je trouve que tout est trop petit dans les visages. Comme je citais avant ‘des petits yeuz perdus dans le désert’. Après les traits pouvaient être touchant, avoir un charme fébrile. Sauf que non. Dans la finesse des visages je n’ai pas ressenti la douceur tant attendue de la KyoAni. C’est plus avec l’histoire et les jeux de lumières qu’on la ressent plus ou moins.

    C’est la deuxième chose que j’ai regardé du coup, après les personnages et en commançant la série, j’ai vu des couacs et très vite je me suis dis que toute la série allait être comme ça. Puis au final, pas du tout, puisque ces 2-3 couacs ont été les seuls de la série, que j’ai relevé en tout cas. En animation, comme la perspective d’ailleurs.
    Sinon il y a des plans plutôt sympas, notamment quand il y a les effets de vents et de feuilles, les mouvements de ‘caméra’ sont séduisant à souhait.
    Le point fort de ce studio c’est la force des lumières et des couleurs. Même si la chevelure et les yeux de Nanao sont d’un beige rosé fadouille, les lumières et ambiances sont tout simplement sublimes. Rappelez vous les yeux de Chitanda dans Hyouka, ou encore la broche de Violet dans l’anime éponyme. Pour les cheveux, ils sont plus ou moins de couleurs ‘naturelles’, mais ça donne un côté plus sérieux à l’anime et je trouve ça bien.
    Naturellement, l’eau et les reflets ça ils connaissent haha. J’adore leur manière de sublimer la nature. Les décors sont vraiment bien réalisés.

    NARRATION (7/10)

    Follow the rythmVoir
    Le rythme assez étrange et lent avec un petit coté reposant, qui est pas mal présent dans ce studio.
    Dans leur anime (je parle surtout de ceux que j’ai vu de ce studio, pas tous, j’ai pas 9 vies), l’histoire est plutôt lente à démarrer, parfois c’est positif, parfois négatif. Dans Violet Evergarden, ça ne m’a pas pas posé le moindre problème. Au contraire, ça permet de comprendre un peu mieux l’univers et les personnages avant de s’enfoncer au coeur du problème.
    Pour Tsurune c’est pareil. Il rencontre d’abord Masaki pour lui permettre de voir qu’il y a des solutions à son problème puis après nouer quelque chose entre ses 5 membres de l’équipe qui sont si différent. Enfin on arrive à la compétition.
    D’ailleurs, Free est différent. Chacun sa spécialité, même si c’est une équipe. et il y a plus encore le contexte sport et compétition au lycée avec le pouvoir de l’équipe (wow) (comme dans Haikyuu et KnB) que Tsurune. Où la dimension lycée est presque éclipsée pour mettre plus en avant les personnages et le Kyūdō. C’est sûrement pour ça que je préfère cette manière de faire que Free ! (qui en plus est d’une longueuuuuur). Enfin après c’est pas les même public et objectif.
    Y a un coté plus touchy à Tsurune, et surtout, beaucoup moins de fanservice.
    C’est peut-être du à la popularité au début de l’année 2018 de Violet Evergarden, série dramatique aux personnages attachants et pleins de douceur que la KyoAni décide pour fin 2018 de rendre leur production suivante, Tsurune, un anime sur le Kyūdō, art martial japonais de tir à l’arc un peu plus touchant pour jouer sur la corde sensible (mdr corde) des spectateurs. Who knows ?

    Donc l’histoire : Niah niah niah, le cliché habituel, le personnage principal blessé, le bon vieux credo, le même tempo, la branche dramatique qui s’éveille et Salagadou Magicabou, il se remet à l’arc et se rend compte que c’est tellement ça sa passion parce qu’il a toujours aimé.
    Nous avons donc Narumiya Minato le morose et Takehaya Seiya le sérieux, le duo du poète maudit qui argh ne peux plus tirer à l’arc, et son ami d’enfance qui ne veut pas qu’il arrête.
    Ainsi qu’un autre duo qui les rejoint avec Kisaragi Nanao le populaire et Onogi Kaito le taciturne renfrogné aux allures de méchant. Évidemment ce dernier, follement amoureux du tir à l’arc va réprimander notre personnage principal pour être une mauviette, un faible sans détermination qui n’est pas assez sérieux avec le Kyūdō. Entre temps, Yamanouchi Ryôhei le bout en train rejoint la troupe pour y rajouter un peu de couleurs.

    Ce qui est amusant d’ailleurs quand on regarde le matériel de nos chers élèves : chacun sa couleurs. Kaito à le rouge parce qu’il est tout feu tout flamme haha un Kacchan (Boku no Hero Academia) version Tsurune. Masa et Seiya le bleu (comme leurs cheveux et yeux) et ça me fait rire parce que c’est bien les deux seuls personnages qui s’entendent le moins bien qui partage la même couleur, Ryôhei le jaune (même si je voyais aussi Nanao en jaune mais il a du rose loliloljeroshonglr sauf son ‘carquois’ qui est blanc)) Minato vert (comme ses yeux) et comme part hasard pour ma ref Boku no Hero Academia : Dekku c’est vert également haha et vu la rivalité Kai x Minato, c’est plutôt amusant.

    Here We Go : SPOILVoir
    Avant de rejoindre le club de Kyūdō il va faire la rencontre de Takigawa Masaki, un mystérieux jeune homme qui tire 100 flèche par jour dans le but de décocher 10 000 flèches.
    Une fois dans le club grande surprise : il se trouve que ce Masa-san, qui a donc remotivé Minato pour reprendre son arc, va les entraîner en devenant le coach du club. Et par grand hasard bien sur Onogi le connaît et lui voue une certaine admiration. De quoi attiser le feu de la rivalité entre les deux garçons.

    Moi je dis si la divinité de l’arc existe. Au moment même où il a glissé son bras hors de son kimono Masa et son arc ont été bénis. Pas besoin de plus de rituel. Juste d’un beau gosse haha.
    L’aparté Sensei : le Papy d’ailleurs, il me tue, il est drôle et en plus c’est un monstre au tir à l’arc c’est dingue !
    Je ne savais pas que c’était possible de sentir la rivière, sentir le kappa haha. Comme la petite statut. #concombre
    Je ne savais pas non plus que c’était possible d’avoir des vestes aussi moches ergh.

    OBJ Vaincre le lycée de leur collège Kirisaki (c’est déjà pas mal)
    Et évidement ce fameux Fujiwara Shû (ce mec est affreusement vide d’émotion) qui est à ce lycée, et qui était au collège avec Minato et Seiya est le Rin de Free ! (encore une comparaison, oui je sais. Mais comme c’est les deux animes sports de la KyoAni, je ne peux pas m’en empêcher!). Non non, les garçons, Shû ne vous a pas oublié, ça fait à peine quelque mois. Meh ! A peine on rencontre monsieur ‘le Noble’, il a l’air super mignon et gentil, à prendre la défense de Minato devant les jumeaux avec son coté timide.

    Tendu quand ils se revoient à nouveau la triplette du collège. J’avoue que je me suis sentie étrangement déphasé quand Shû à posé sa main sur la blessure de Minato. Pendant un instant j’y ai vu un acte malveillant, cependant ses paroles ne l’étaient pas. Je sais pas. Je le pense gentil, mais je sais pas. J’ai comme une petite lueur de doute.
    Le triangle amoureux entre Shû, Minato et Seiya (parce que oui ça fait le triangle de la bromance, avec une petite jalousie de ‘je partage pas mon Minato’) l’épisode 8 met vraiment en avant une certaine ambiguité dans ces relations. J’avoue que Shû, je n’aime pas ses réflexions. Donc va pour du Seiya x Minato avec le coup des Pocky et ‘je t’attendrai’ et ‘laisse moi me reposer un instant comme ça c’était très mignon et bien plus que les ‘j’ai besoin de toi’ ‘rejoins moi de nouveau au plus vite’ ‘tu es apparu de nulle part et tu as changé ma vie’ de Shû à Minato. (J’adore ce petit moment fanservice spécial bromance)
    Ce qui fait d’ailleurs que j’avais un peu la pression pendant le match en équipe ahlàlà. Comme quoi c’est pas trop mal ficelé non ?

    LE GPS EST UN DÉTAIL QUI TUE ! Quand Masa-san décide de se bouger les miches pour réaliser sa quête à 30 000 pts d’xp afin de passer un niveau : Trouver des informations sur grand-père.
    Ils sont malgré tout adorable ses petits disciple, et Seiya m’époustifle de maturité. D’ailleurs il est carrément encourageant et gentil envers Masa-san, alors qu’il le déteste. Il pourrait très bien ne rien dire du tout, puisque ça n’a rien à voir avec le talent de Masa-san mais bien sa personnalité. Comme quand Masaki lui demandait si ça ne le dérangeait pas d’avoir des conseils de quelqu’un qu’il déteste. Je pense qu’il ne le déteste pas tant, juste qu’il a du mal à l’apprécier, c’est tout. Détester est un mot bien fort.
    Mais bien suuuuur, fallait s’en douter. It’s drama time et nous avons un gagnant : un accident pour Masa-san ding ding ding !
    Même si j’apprécie plutôt bien le gérant du magasin d’archerie, je trouve ça idiot de les choquer en leur annonçant cette nouvelle juste avant la compétition. C’est pas très futée de déstabiliser des enfants avant un événement important ! Raaah, et ce malgré les bandeaux. (vert douteux comme les veste qui plus est)
    Heureusement que c’est des chouettes gosses costaud ! Et que la team est soudée et attachante. YOSH !
    Alors le moment où Kaito appelle Minato par son prénom, j’ai fondu.
    L’avant dernier épisode avec la finale (le treizième, donc le dernier de l’histoire en tout cas, le quatorzième étant un hors série), j’ai été absorbé par leur tir de A à Z. C’est vraiment relaxant à regarder je trouve. Quand Minato décrit ses coéquipiers et leur qualité, j’ai trouvé ça super parce que ça prouve à quel point chacun s’observe et apprend des autres – en tout cas Minato – et également que chacun à sa façon de faire, de tirer et d’appréhender le Kyūdō. J’ai beaucoup aimé l’OST qui accompagnait ces moments.
    Je préfère quand il n’y a pas trop de tensions comme ça, ici ça colle plus avec l’esprit ‘Tsurune’.

    Et donc les persos....Voir
    Ce que j’ai le plus apprécié dans les personnages c’est leur détermination et ils sont tous incroyablement mignon et un peu fleur bleue du Kyūdō et de l’amitié. C’est des relations touchantes, mais après j’ai trouvé qu’il n’y avait pas assez de touches d’humour à mon goût.
    Le personnage que j’ai préféré c’est Seiya, droit, carré, doux et ferme en même temps, mature pour son âge en son poste de capitaine par exemple, où il sait motiver les troupes. Ainsi qu’immature et fragile mais aussi quand il s’agit de son très cher Minato. Il a réagit de manière idiote, c’était tellement mignon, et c’est loin d’être bête de douter de ses goûts envers ses loisirs, surtout si c’est remis en question par un coéquipier. (Je parle de Shû et de ces remarques déplacées) Et oh que j’adore sa voix, elle est douce et reposante. Fabuleux taff, je tire mon chapeau au seiyuu. Aux autres également naturellement.
    Bon après, même si il y a malgré tout des schémas bateaux et des caricatures, ça ne dérange pas…..
    Les personnages sont plutôt attrayants, j’ai beaucoup aimé les moments où ils se remotivent tous ensemble, et ceux où les filles s’en mêlent comme à l’épisode 12.

    Mais par contre les deux frangins de Kirisaki, qu’est ce qu’ils sont détestables c’est ahurissant !

    Pour la musique je dois absolument parler des OST. Pourquoi ? Et bien parce qu’ils sont magnifiques, pardi ! Bondiou ! Sacrebleu ! Toujours au top le studio pour ça aussi. Même si elle me rappelle beaucoup celles de Violet Evergarden et que certains thèmes reviennent assez souvent.

    OP : il est cutie, simple mais sympa. Retenons que les feuilles c’est cool et un bon moyen de relier deux scènes l’une à l’autre, pour présenter les personnages par exemple haha. La présentation de Kirisaki est ultra belle, qu’est ce qu’il est charismatique Shû !
    Sinon pour l’ending, la musique toute douce est parfaite et les voir enfants c’est juste adorable.

    Par ailleurs : Si vous aimez les concombres et les kappas go voir Kakuriyo no Yadomeshi ou Sarazanmai. Attention : les deux c’est pas du tout le même délires hahaha !
    Et si vous avez remarqué vous aussi les noms des épisodes et avez ri : félicitations : vous êtes dotés d’un humour bien naze.
    Oui je le sais si je le dis, c’est que j’ai remarquééééééé. Ouin.

    #14/20

  2. J'étais pas sur d'aimée mais finalement il est plutôt bien ! C'est pas le meilleur anime de sport que j'ai vus mais il est très sympathique. Je valide ! ^^
  3. Cet animé était très très bien.
    C’est reposant, tout en nous plongeant dans ce sport.
    C’est joli, y a de bons ost (j’ai beaucoup aimé l’opening d’ailleurs), les personnages sont sympa (j’ai pas trop aimé Seiya mais par contre j’ai beaucoup aimé le duo Nanao-Kaito ^^)
    J’ai passé un agréable moment avec cet anime, de plus j’ai pu en connaitre un peu plus sur le kyudo.
    De base je suis pas fan des animes de sport, mais des animes comme ça je veux bien en regarder pleins x)

    Un bon 8/10 ^^

  4. Et bien c'est le Kyo animation le moin bon que j'ai vu. C'est peu accrocheur et assez plat. Malgré une bonne fin et de bon plan. Meme en terme d'animation Kyo anime on fait bien meilleur auparavant. Bref c'est une petite deception pour un grand fan du studio comme moi.
    7/10 car malgré tout il a des qualités
  5. Pas mal dans l'ensemble, bien que je ne sois pas amateur du genre(sport) je crois que le déroulement de l'oeuvre est un peu bâteau de se genre !? Je me trompé peu être.
    Après je trouve le tir intéressant …
    Je mettrai 14/20 qui n'est pas une mauvaise note ! Agréable à voir

    Dans un genre un peu sport par contre je recommande largement cette super oeuvre qu'est chihayafuru(21/20) dont la saison 3. Arrive prochainement !!! 😁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *