Le Portrait de petite Cosette

Le Portrait de petite Cosette

Pour public averti : Oui (violence)

TITRE ORIGINAL : コゼットの肖像, Cossette no Shōzō
TITRE ALTERNATIF : Le Portrait De Petite Cosette / Cossette no Shouzou / Le Portrait de Petit Cossette / Le Portrait de Petite Cossette
ANNÉE DE PRODUCTION : 2004
GENRES : Amour / Romance | Drame | Epouvante | Horreur | Psychologie | Seinen | Surnaturel
AUTEUR : Akiyuki Shinbo
STUDIO : Daume
ÉPISODES : 3 OAV 38 mins

RÉSUMÉ :

Source : [Nautiljon]

Kurahashi Eiri est un jeune antiquaire qui reçoit dans sa boutique un étrange verre vénitien datant du XVIIIème siècle. Ce cristal va lui donner d’étranges hallucinations et l’esprit du jeune homme va peu à peu être possédé par le fantôme d’une fillette, assassinée il y a fort longtemps, et dont l’âme ne peut trouver de repos tant que son meurtrier demeure impuni…

OAV :

01  02  03


2 commentaires sur “Le Portrait de petite Cosette

  1. Eiri est un antiquaire, un jour il découvre un superbe verre en cristal ; lorsqu’il le regarde il voit défiler la vie d’une jeune fille à la manière d’un documentaire. Trés vite ces visions vont l’obséder et devenir récurentes à tel point qu’il lui est de plus en plus difficile de distinguer le rêve de la réalité.

    Une série de trois OAVS de 40 minutes chacun pour la moins chaotique autant dans sa mise en scène que dans son histoire générale.
    Niveau design ça reste pas mal quoique d’un style un peu vieillot mais l’ensemble manque cruellement de netteté.
    Au sujet du scénario, il s’agit avant tout d’une histoire d’amour impossible entre un homme et l’esprit d’une jeune fille décédée, le tout sur fond d’ambiance lourde teintée de gore et de surnaturel.
    L’ensemble s’avère vite trés troublant car vraiment confus avec une mise en scène assez saccadée et décousue dans laquelle, tout comme le héros, on a du mal à déméler l’illusion de la réalité d’autant que l’on s’enfonce de plus en plus dans des délires que je qualifierai de psychadéliques ou psychotiques.
    De plus quand on y pense le scénario tient en seulement quelques lignes ce qui fait que malgrès le petit nombre d’épisodes on ressent parfois comme une sensation de lenteur qui ne saurait malheureusement être comblée, comme ici, par du gore à outrance.

    Bref pour moi une mini série beaucoup trop confuse sur tous les plans et qui mérite à peine la moyenne.
    4.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *