Sarai-ya Goyou (House of Five Leaves)

Sarai-ya Goyou (House of Five Leaves)

TITRE ORIGINAL : さらい屋五葉
TITRE ALTERNATIF : House of Five Leaves / Goyô
ANNÉE DE PRODUCTION : 2010
GENRES : Action | Drame
AUTEUR : ONO Natsume
STUDIO : Manglobe
ÉPISODES : 12 Eps 25 mins

RÉSUMÉ :

Source : [Nautiljon]

Japon, époque féodale. Congédié par son seigneur, le jeune samouraï Masanosuke a quitté sa campagne natale pour s’endurcir et trouver un travail de garde du corps à Edo. Timide, renfermé et craintif, le jeune guerrier n’a toutefois pas la carrure de l’emploi qu’il recherche. Alors qu’il est renvoyé une énième fois par ses employeurs, un homme énigmatique se propose de l’embaucher. Ce dernier n’est autre que le chef d’une bande de brigands, les Goyô, spécialisés dans les enlèvements. Sans ressources, Masanosuke accepte de rester à ses côtés et apprend à connaître ses singuliers acolytes. Peu à peu, alors que les motivations des uns et des autres se précisent, le jeune guerrier apprend à se connaître lui même… (source : Animeka – Kazé – animé proposé par macross frontier)

LES EPISODES :

01  02  03  04  05  06  07  08  09

10  11  12


8 commentaires sur “Sarai-ya Goyou (House of Five Leaves)

  1. SpoilerVoir
    Une ambiance un peu pesante, des persos désillusionnés, ce « Sarai-ya Goyou (House of Five Leaves) » a vraiment tout pour me plaire !
    Son thème pourrait être de se connaître soi-même et de connaître les autres.
    Un samurai un peu timide intégrera un groupe de truands.
    Là il essayera d’apprendre à vivre en accord avec lui-même et de tisser des liens avec les autres membres du groupe.
    La psychologie des persos, ce qu’ils ressentent ainsi que leurs interactions sont vraiment très bien analysés et rendus par premièrement l’histoire ; même si elle n’est pas très complexe elle permet malgré tout d’arriver à cette fin.
    Elle ne se livre pas d’un coup, on en apprend sur chacun petit à petit ce qui garde un grand intérêt jusqu’à la fin.
    Deuxièmement par les graphismes.
    Ceux-ci à la manière d’une BD sont très fins et tout en nuances dans une palette de couleur réduite, un peu je pense comme les sentiments des persos.
    Je les ai trouvé somptueux, les plans de la ville ou les passages plus naturels comme la campagne ou la forêt rendent très bien l’ambiance médiévale de l’anime.
    L’animation par scrolling s’accorde parfaitement au coté BD des dessins.
    J’ai vraiment eu l’impression par moment de tourner les pages d’un livre très joliment illustré.
    Le design des persos est caractéristique de Manglobe et fait penser à un autre excellent anime de la boite : « Ergo proxy ».
    Leur ressentiment passe très naturellement au travers de leurs expressions faciales entre celles assez caricaturales des animes nippons et des vraies faces asiatiques, c’est vraiment bien fait.
    J’ai trouvé les musiques très bonnes et collant parfaitement aux différentes ambiances de l’anime.
    Celle de l’opening de « immi coco » (une chanteuse japonaise) assez rythmée avec des sonorités électro est juste magnifique.
    Elle caractérise parfaitement l’anime et je dois reconnaître que si je l’ai regardé au début c’est en grande partie grâce à elle.
    Ca aurait été dommage que je passe à coté de cet anime atypique.
    Une histoire sans combat (une ou deux gouttes de sang seulement sur les 13 épisodes) mais avec sa propre ambiance et des dessins presque « addictifs » à la longue que je recommande au plus grand nombre.
    Tous n’aimeront pas mais ceux qui adhéreront seront vraiment conquis.

    Merci Hinata Online Community pour la découverte, j’ai adoré ce « Sarai-ya Goyou (House of Five Leaves) ». ^3^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *