Iriya no Sora, UFO no Natsu

Iriya no Sora, UFO no Natsu

Pour public averti : Oui (nudité)

TITRE ORIGINAL : イリヤの空、UFOの夏
ANNÉE DE PRODUCTION : 2005
GENRES : Action | Amitié | Amour | Drame | Romance | Science-Fiction
AUTEUR : Akiyama Mizuhito
STUDIO : Toei Animation
ÉPISODES : 6 OAV 25 mins

RÉSUMÉ :

Source : [-Kao_no_aku- sur Animeka]

Asaba est un jeune étudiant membre du club de journalisme de son lycée. Il consacre entièrement son été en excursion, à accompagner le président du club autour de la base militaire, espérant apercevoir un certain ovni. Les rumeurs le décrivent comme le « foo fighter« , une lumière étrange qui a été déjà signalée pendant la seconde guerre mondiale lors de l’accident Kenneth Arnold… Mais sans succès !
Les vacances d’été achevées, à son retour à l’école il retrouve ses camarades mais aussi une jeune fille du nom d’Iriya Kana, qu’il avait déjà rencontrée et sauvée de la noyade lors de sa sortie nocturne de la veille, à la piscine de la base. Cette nouvelle camarade de classe assez mystérieuse semble prendre très au sérieux l’exercice d’attaque aérienne du jour. Se croyant vraiment en situation de crise, elle réagit vivement et emmène Asaba dans un refuge anti-aérien, une base qu’elle semble très bien connaître puiqu’elle possède les codes d’accès normalement secrets…

ÉPISODES:

01   02   03   04   05   06



3 commentaires sur “Iriya no Sora, UFO no Natsu

  1. Je viens de terminer ce manga… Que dire, « déception » ?

    Au premier épisode je doutais réellement, de par l’aspect puéril de ce début de série et soudainement BAM! des tétons ! Le contexte n’était ni déplacé, ni érotique, il était normal, nécessaire a une scène qui ne portait pas sur la chose. J’avoue que c’est ce qui a tout d’abord forcer mon intérêt, j’aime les mangas assez mature, alors je me suis prêtée au jeu. Bon mon engouement est vite retombé, bien qu’on ai eu droit a un petit lot de moments obscures tout du moins… Je n’y peut rien, j’aime trop les déviances, les dépressifs et les psychopathes dans les histoires, tout ce qui me manque dans les mangas qui sont trop dans la retenue… Snifff T.T

    Le contexte est simple, c’est la guerre, il y a des ovni, des secrets dans l’armée et nous on se retrouve a suivre cette histoire de par les informations recueilli par un jeune garçon normal, vivant bien loin des champs de bataille. Alors au final, aucun combat, aucun réel secret révélé et aucune intrigue poussée… Sa manque et sa laisse un arrière gout de « pas assez de temps et d’argent pour faire plus compliqué. » Un peu comme le reste de l’intrigue qui nous laisse finalement sur notre faim. Seule la relation entre les personnages semblent être développée, alors pourquoi nous poser sa dans un contexte sci-fi ?!

    Niveau personnages on a le droit a notre petit lot de stéréotypes, certains seront développés comme nos deux héros et d’autres resteront totalement détestables. Les scènes portant sur la camarade de classe d’Asaba dont j’ai oublier le nom et qui vit son amour nul de fille grossière et lâche, avaient des faux airs de « School Days » et je me suis réellement demander si elle allait finir par péter un plomb et tuer des gens. J’ai haïs ce personnage de toute mes tripes, espérant que sa tourne en bain de sang et qu’elle se fasse déchiqueté gratuitement, j’ai même prier pour sa… (Clin d’œil a la sœur d’Asaba qui n’est pas en reste niveau chieuse.)

    Alors le mot de la fin ? Bah… J’ai pas pleurer, j’ai pas ri, j’ai pas trépigner sur mon siège, mais est-ce une totale déception ? Pas vraiment. C’est un manga atypique, au format court, qui se laisse regarder facilement sans nous emporter dans un réel univers construit. Les changements d’atmosphère me sont apparus comme de simples caprices scénaristiques et l’ensemble est resté assez plat jusqu’à la fin. Une fin qui n’a pas fait mouche et qui donne l’impression que les réalisateurs on pas souhaiter nous émouvoir réellement.

    Pour faire court: Iriya no Sora, le manga qui ose pas trop se mouillé :)

    Bisous la team !
    ~ Face ~

  2. Tout à fait d’accord avec widgard, l’intrigue est particulièrement bien ficelée avec des ruptures scénaristiques et des basculements de point de vue, certes pas inhabituels dans les scenarii japonais, mais vraiment bien maîtrisés ici.

    SpoilerVoir
    La psychologie des personnages, même celle de personnages secondaires comme Enomono est bien développée en dépit d’un caractère du héros principal, Asaba, qui n’est pas exempt de stéréotypes (garçon doux et légèrement empoté capable d’une fidélité indéfectible qui le rend aisément manipulable). De ce point de vue, le moment de crise avec Iriya Kana, qui constitue le paroxysme et amène au dénouement, est un choix original puisque Asaba révèle, tant par la scène au kombi que par sa colère ensuite, une deuxième personnalité, plus sombre, qui donne de la profondeur à son personnage d’adolescent.

    Je suis toujours fasciné cependant de voir comment les scénaristes d’anime parviennent à glisser au sein de trames parfaitement convenues, de tels trésors de complexité et de finesse dans l’analyse psychologique.
    Bref, une belle histoire d’amour dont la pureté attendue est travaillée par des pulsions plus denses qui ne la rend que plus passionnante; la présence de la guerre, qu’on ne voit jamais mais qui habite tous les rapports sociaux, la menace autoritaire que les adultes subissent, le climat de surveillance débonnaire mais implacable, la vanité des tentatives de fuite des adolescents, l’éveil d’un désir plus mature, rendent plus émouvant encore les choix qu’ils font en dépit de tout cela: s’aimer pour aimer l’humanité quelque soit le sacrifice que cela représente.

  3. Bonjour=)
    Nous avons ici une perle avec des personnages intrigants et une histoire poignante (même si c’est pas flagrant dans les premiers épisodes). A regarder d’urgence !

    Merci au staff hinata.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *