Kimi no Iru Machi

Kimi no Iru Machi

Coup de coeur de Sakura New : Pour faire court, il y a quelques bizarreries dans ce nouvel anime, car il suit bien l’histoire du manga… Mais au 9eme tome ! Ainsi ceux qui ne suivent pas le manga peuvent etre un peu perdus. Je conseille donc de d’abord regarder les 2 OAVS, puis de lire le petit résume avant de se mettre au 1er épisode de l’anime, ce qui sera plus facile pour comprendre l’histoire.

TITRE ORIGINAL : 君のいる町
ANNÉE DE PRODUCTION : 2013
GENRES : Amitié | Amour / Romance | Comédie | Drame | Tranche de vie
AUTEUR : Seo Kouji
STUDIO : Gonzo
ÉPISODES : 12 Eps 25 Min

RÉSUMÉ :

Source : [Animeka]

RÉSUMÉ:

Coulant des jours tranquilles dans une petite ville provinciale, Haruto Kirishima voit son quotidien changer de couleur lorsqu’une jeune fille,Yuzuki Eba, vient s’installer chez lui pour ses années de lycée. Voyant d’un mauvais œil l’arrivé de cette inconnue, le jeune garçon va tout faire pour que personne ne se méprenne sur sa relation avec elle, particulièrement Nanami Kanzaki, une camarade dont il est amoureux.

ÉPISODES:

01   02   03   04   05   06   07  08    09   10

11   12

OAVS:

01  02

Autre OAV


82 commentaires sur “Kimi no Iru Machi

  1. Le résumé dans ma tête donne « Nisekoi v2 » . Mais l’affiche a l’air toute triste même si y a écrit comédie . Je ne sais que penser …
  2. manga pas assez developpé en 12 épisode c’est chaud de montrer les sentiments des personnages jvous le

    conseil quand meme de le regarder et de continuer la lire les scans :)

  3. Je suis globalement déçu de cet animé. Seulement attention, je ne suis pas déçu du titre ! J’ai LU les 261 chapitres répartis en 27 tomes de « Kimi No Iru Machi », j’ai adoré au point de lire non stop du début jusqu’à la fin quitte à faire une nuit blanche dessus (fait réel).

    SpoilerVoir
    MA PENSÉE SUR LE MANGA (et l’auteur) :
    Kouji Seo est un véritable écrivain de génie ! Autant avec « Suzuka », qu’avec « Kimi » ou « Fuuka », et mêmes ses one shots « Love Letters », « Yuna » et « Half and Half », il parvient non pas à te raconter une histoire d’amour, mais il te transporte littéralement dans son manga en allant se servir allégrement, sans pitié, dans ton cœur pour que les souvenirs et émotions des personnages de son œuvre soient également les tiennes.
    J’ai lu des centaines de mangas, j’ai vu plus de 600 animés, jusqu’à ce que je découvre Kouji Seo moins de 5 animés ET/OU mangas avaient réussi à me nouer la gorge au point d’en avoir les larmes aux yeux. J’ai eu la gorge nouée une fois avec « Suzuka », j’ai pleuré une fois en lisant « Fuuka », et 3 fois avec nécessité de faire une pause de 5min sur « Kimi no Iru Machi ». Ce qui ne signifie pas que ce sont les œuvres les plus tristes, bien au contraire, mais ce sont assurément les œuvres les plus belles et les plus proches de la réalité que j’ai lues jusqu’ici.
    On se sent excité devant une scène d’amour d’un manga classique. On s’émeut devant un manga qui ressasse des expériences vécus. On pleure et on fait une réelle introspection, parfois dépressive, devant un manga de Kouji Seo. Ce mec se contente pas de faire plaisir aux lecteurs en leur servant du moe, du love, de l’ecchi, des canons masculins et féminins à foison et des amourettes de gamins indécis (sauf au début avec Kanzaki dans « Kimi », pour rebondir ensuite). Non non, ce mec inculque de vraies leçons de vie, soulève les réflexions les plus profondes que j’ai pu rencontrer moi-même dans ma vie sentimentale, réalise des triangles amoureux qui ne butent pas sur le même problème tout au long du manga : à chaque fois il vient surprendre avec un nouvel obstacle que les protagonistes ne mettent pas 20 tomes à résoudre mais plutôt quelques chapitres, et pour que l’intrigue continue il va simplement en chercher d’autres encore plus intenses, tout en restant dans la fouille des souvenirs et émotions de chaque lecteur. Les seules questions de 80% des mangas romantiques sont « m’aime-t-il/elle ? » et « comment lui dire ? », ici ces questions sont traitées bien sûr mais seulement durant la première partie de l’œuvre. Le bon gros 4/5 restant est tellement complexe, profond et intense que personne ne pourrait le croire sans le lire.

    Oui, Kouji Seo dans la totalité de ses œuvres, et tout particulièrement dans « Kimi no Iru Machi » m’a sincèrement fait penser des choses telles que « Il devrait exister davantage de types comme lui sur Terre », « Voilà pourquoi les mangas sont ma vie » et je ne me souviens pas avoir passé un seul moment de rire ou de pleurs sur ce chef-d’œuvre sans m’écrier au plus profond de mon être « Merci Seo-sama » ! Ce sentiment que j’ai pu ressentir pour un poignée d’œuvres par le passé mais qui s’estompait après quelques heures à faire autre chose, je le porte depuis 3j au point d’en avoir du mal à fermer l’œil sans être assailli d’images et d’émotions, comme si en effet je venais de vivre tout ça. Pour dire, « Fuuka » m’a autant bouleversé que lorsque mon ex a voulu rompre brutalement, donc on est clairement loin des sentiments banals que m’évoquent d’autres mangas.

    Ainsi, pour en revenir aux premiers mots de mon commentaire : j’adore « Kimi no Iru Machi » en tant que manga papier. Mais l’animé m’a déçu.

    MA PENSÉE SUR L’ANIME (et le crossmédia) :
    Commençons par poser les bases : le crossmédia c’est le fait de retranscrire la même histoire avec les mêmes personnages dans les mêmes lieux sur plusieurs médias différents => ici le manga papier et l’animé. Le crossmédia existe dans le seul et unique but de montrer par un média ce que l’autre média ne peut pas montrer. Dans le cas des exemples présents : l’animé permet de mettre une meilleure ambiance et plus de dynamisme à l’action notamment par l’apport du son et des mouvements de caméra, tandis que le manga permet de souligner les émotions des personnages et d’aller plus loin dans les problématiques de l’histoire par exemple à travers la maitrise du crayonné et les bulles de textes longs.

    Maintenant, pourquoi est-ce que « Kimi » (et cie) est une masterpiece ? Réponse dans les pavés du haut : parce que Kouji Seo est un ÉCRIVAIN de génie ! Il est donc évident que le manga papier est le média à découvrir concernant ses œuvres.

    Car le principal défaut de cet animé est qu’il doit adapter un chef-d’œuvre d’écriture, ce qui n’est pas le point fort d’un animé. Mais malgré ça, je reste encore plus déçu de cet animé. Le fait que le média ne se porte pas vraiment au titre d’origine est une chose, la multitude de défauts que je vais énumérer en est une autre :

    L’animé est lent : que ce soit les mouvements de caméra, les plans fixes ou les temps de réaction des personnages, tout est un poil trop lent et donc pas naturel (= tout le côté réaliste du manga originel s’évapore, ce qui implique l’immersion), lenteur renforcée par le fait que certains mouvements de caméra et plans fixes sont d’ailleurs inutiles. Vous me direz « Oh c’est dans tous les animés ça ! » et je vous répondrai « Non. »

    L’animé est court : et là c’est déjà un problème en soi vu qu’il est lent => lent + court = pas bon signe. À aucun moment j’ai eu un doute sur le fait que l’histoire n’aurait pas eu le temps d’être racontée entièrement. On ne touche qu’à un tiers, voire un quart du manga (7 tomes sur les 27 sont réellement traités, de mémoire).

    L’animé est désordonné : pire que de ne traiter qu’un quart du manga, le peu qui est évoqué l’est fait de façon fouillis ! Je rappelle que j’ai lu le manga juste avant et j’ai quand même eu un peu de mal à resituer chaque flashback dans le temps. Sans même parler du fait que les flashbacks n’étaient pas assez indiqués (manque de bordures ou filtres teintés, ou de voix semblant venir de loin), ils étaient surtout dans un désordre chronologique monstrueux et l’on finit par ne plus savoir quoi se passe quand.

    L’animé ne m’atteint pas : d’aucuns disent qu’ils ont trouvé « Boku no Iru Machi » touchant et ont avoué avoir versé une larme après avoir vu l’animé. Moi j’affirme n’avoir rien ressenti de particulier en visionnant l’animé, sauf à certains passages où l’on voit Kazama parler à Haruto avec la musique un peu sportive collant parfaitement à leur affrontement mêlant camaraderie et détermination. Il est malheureux que cette musique ait été reprise juste après pour une scène de doutes, pour le coup c’était juste le moment où il fallait un silence. Sinon les musiques sont globalement assez bien réparties, mais ne sont pas assez touchantes et finissent par se faire étouffer par les dialogues, d’ailleurs il manque de musique durant les flashbacks.

    À ce propos : dans le manga, beaucoup de planches avec des photos ou des flashbacks sous formes de vignettes éparpillées sur une double page viennent ressasser les évènements majeurs de l’histoire aux moments les plus émouvants. Ce sont souvent ces planches de « souvenirs » que l’on a de plusieurs étapes du manga qui font bondir notre cœur juste juste avant que le texte et la planche d’après viennent l’arrêter en l’air et le broyer en mille morceaux. Cette combinaison, avec son écriture de génie, fait que Kouji Seo vient de vous faire pleurer comme une madeleine sans même que vous ne compreniez pourquoi. Franchement, par ce biais, ce type pourrait même te faire chialer sur le découpage d’une orange ! Et dans l’animé, point le plus négatif selon moi, on ne retrouve pas du tout ce flot soudain d’émotions dans les flashbacks : ils sont juste un moyen de raconter l’histoire qui n’a donc pas été évoquée avant, alors qu’à l’origine l’histoire se déroulant sur Hiroshima est le début du manga et les flashbacks racontant une histoire sont pour illustrer l’enfance de certains personnages.
    Et ça, je trouve ça regrettable que ceux n’ayant fait que voir l’animé pensent que l’histoire commence à Tokyo avec un protagoniste qui veut retrouver son amour de jeunesse, car ce n’est absolument pas le cas ! Du moment où Haruto rencontre Yuzuki jusqu’au moment où il va la chercher à Tokyo, tout est une continuité dans le manga.

    Et enfin : l’animé ne termine pas l’histoire. Le manga ne s’arrête absolument pas là, il y a encore 120 chapitres sur les 261 qui relate ce qu’il se passe après.

    Dernier point qui peut ne pas être un défaut mais qui pour moi en est un : l’animé pose des couleurs sur nos personnages. Je suis vraiment habitué à regarder des animés plutôt que de lire des mangas, mais force est de concéder que selon le genre ma tendance s’inverse : pour une romance, je préfère m’imaginer moi-même la couleur des cheveux, des yeux et de la peau (voire des vêtements, en second plan) des personnages. Ainsi j’imaginais Haruto avec les cheveux blancs, Asuka avec les cheveux noirs et Yuzuki avec les cheveux châtains et l’animé m’a désillusionné avec ces couleurs un peu trop enfantines venant rajeunir les personnages, et donc leur donnant l’air moins matures. Après, ceci est un ressenti bien moins objectif que ceux cités plus haut et ne peut pas être ressenti d’ailleurs si vous n’avez pas lu la version noir et blanc (oui, j’ignorais les pages couleurs pour rester dans mon délire ^-^). Et pis, rien de mieux que les crayonnés noir et blanc pour retranscrire une émotion sur le visage de nos tourtereaux.

    Voilà ce que je pense de ce titre. J’apprécie cependant la tentative d’adaptation en animé, même si je ne recommande vraiment pas de commencer par là : la version papier est facilement trouvable et vaut largement plus le coup d’œil. L’inconvénient étant qu’il faut 4h pour visionner l’animé, mais 10 fois plus pour lire la totalité du manga. Pour un plaisir proportionnellement augmenté, c’est à vous de voir. Et pour les courageux qui auront lu jusqu’ici, vous méritez ce coup de pouce : les scans situés après l’animé dans l’histoire commencent avec le chapitre 142, mais vous feriez mieux de tout relire depuis le chapitre 1 car beaucoup de personnages non présents dans l’animé interviennent avec de l’importance dans le manga, beaucoup de conflits sont ellipsés et surtout : les vraies personnalités de certains persos sont révélées (par exemple Rin qui n’est pas du tout l’enflure qu’elle est dans l’animé, ou Yuzuki qui n’est pas du tout une profiteuse, mais genre du tout du tout).

      1. Tu ne le regretteras pas ;)
        Faudrait que je garde une copie de ce pavé pour en poster un extrait pour ceux qui ne liraient que les commentaires de « Fuuka ».
        Ça me torture de savoir qu’il y a plein de gens qui passent à côté de ces merveilles d’écriture que sont les versions papiers de Kouji Seo x’)
  4. Slt le staff je sais pas vous mais moi j ais grave aimer ce manga alors je vous demande si vous avez des manga du même genre a me proposer je prêt merci pour se bon manga est j attend vos réponse les gas
      1. totalement a la bourre de 1 année mais moi je peut conseillé a tous ceux qui ont regardé cette anime :
        – Tosagore otome X amnesia ( pour le cotés amour)
        -Golden time !!! Biensur ! LOOOOVE POWER
  5. Waouw ! Ce manga, cette fin, cet animé; génialissime … Je suis peut-être en désaccord avec 90% des personnes regardant cet animé mais je préfère cette fin….

    SpoilerVoir
    L’idée de finir avec eba m’a personellement plus, à vrai dire Eba est une personne que j’ai appréciée depuis le début de l’animé, j’avais tellement peur de la fin vu la tournure des choses que je me suis permis de me spoiler dès l’épisode 3 et de voir les commentaires du dernier épisode juste pour me rassurer qu’il finit avec eba, ayant vu la tournure des choses j’ai continué l’animé & c’était génial !

    Je ne suis pas un sadique mais je trouve qu’Asuki n’était pas vraiment faite pour Haruto, je ressentais de l’amour, du mystère, de la tristesse dans le couple de Haruto & Eba que dans l’autre, beaucoup traitent Eba de différents noms mais ce n’est pas de sa faute, Haruto était lui même amoureux d’elle & elle aussi, pourquoi se priver d’un amour entre eux deux & faire semblant d’aimer un autre ?

    La vérité fait mal mais fallait bien dire les choses comme elles l’étaient plutôt que de blesser les autres en vivant dans un mensonge, il y’a eu beaucoup de moments ou j’étais comme  » WTF * mode choqué *  » principalement quand il lui a balancé le défi à Kawazami (me rappelle plus trop bien) avant qu’il meurt, je me suis dit que c’étaiit un taré et que ça ne se fait pas mais j’ai vite compris qu’il avait raison de le faire !

    En ce qui concerne ceux qui disent  » Eba revient quand il était heureux, elle fait trop la p***  » , Haruto est tombé amoureux d’elle dès leur première rencontre à la réunion des groupes, on dirait pas mais il suffisait d’un simple regard pour qu’il pense à elle à nouveau. Ce qui veut dire que son amour pour elle était toujours caché & malgré qu’il aimait Akusa, ce n’était pas l’amour le plus solide, Akusa mérite de trouver quelqu’un qui l’aimera comme Haruto aime Eba, Eba n’est pas fautive, elle l’aime, il y’a des moments ou on est pas amoureux de certaines personnes & où l’on retombe amoureux !

    Les personnages de la campagne étaient géniaux, principalement la blonde & son ami geek, pour celle avec les cheveux bleus, je n’ai pas lit le manga donc je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé mais elle semblait heureuse alors tant mieux !

    Rin par contre, je n’ai rien à dire, elle mérite des claques à chaque fois qu’elle parle ! X_X

    En bref, l’animé était génial, cela change des autres shojo, c’est le genre d’animé ou si tu rates un épisode tu te perds, donc cela suit fidèlement l’histoire même si parfois les années sautent & on le remarque pas :

    SpoilerVoir
    Lorsque j’ai vu la première fois Akusa embrasser Haruto, j’étais comme  » Wtf  »

    C’est le seul animé qui me met bouche bée à plusieurs moments; qui m’étonne, qui me rend heureux comme triste & qui me fait rire, 20/10 ! (Si possible j’aimerais l’avis des staffs qui regardent cette animé ! :D)

  6. Eba c’est fini (oulaaaaa je sort..) Bon si vous êtes cardiaque je vous déconseille ce manga parce que moi j’ai eu mal au cœur pendant 4 jours. Sinon je ne regarderait plus ce manga malheureusement car c’est un manga que l’on regarde une fois et qu’on abandonne rapidement. Mais je le conseille vivement a tous type de personne aimant simplement un bon manga :)
  7. J’ai lu le manga après avoir lu le synopsis de l’anime pour voir , je l’ai lu entièrement du début a la fin et je peux clairement dire que ce manga a complétement ruiné ma vie , l’histoire est super , l’évolution des personnages est bien faite , mais tout est fait pour vous détruire le moral , c’est encore pire que Life qui déjà a de quoi te faire bouffer une boite d’antidépresseur a lui tout seul… Malgré ca je ne peux pas m’empêcher de recommander a ce qui on aimé l’anime d’aller lire le manga car ca reste une histoire super. ( Par contre meme pas pour 2.000.000€ j’irai le relire.)
    Voila ce message ne veux pas dire grand chose mais j’avais envie de m’exprimer.
  8. je suis généralement pour le genre de manga ou tlm ce tue ou sa pisse le sang d’un peu partout, mais ses vrai que j’ai voulu test sa bas sa ete pas mal du tout :)
  9. SpoilerVoir
    Haruta vient d’emménager chez sa soeur à Tokyo ; là il commence assez vite à se faire des amis. En fait s’il a choisi de venir dans cette ville c’est pour y retrouver son amour de jeunesse pour laquelle il possède toujours des sentiments ; mais celle ci a déjà un petit ami et pas des moindre…

    Une série dérivé d’un manga que j’ai trouvé trés bonne ; aprés c’est sur que j’ai pas lu la version papier et je comprends que ceux qui l’ont fait soit un peu déçu car on ne peut pas retranscrire convenablement quelque chose qui comporte un nombre incalculable de chapitres en seulement 12 épisodes.
    Quand à la fin je comprends la frustration ressentie par certains et je pense qu’ils auraient du en faire une autre de style fin alternative afin de contenter tout le monde.

    Maintenant il faut quand même constater que cette série possède des qualités indéniables.
    Pour moi le design tant décrié reste tout de même trés bien avec que des beaux gosses et des filles canons.
    L’histoire est trés bien écrite et avance sur deux plans simultanément celui des flashbacks et celui des moments présents ; les deux sont complémentaires et nous permettent de suivre avec délectation les déboires et les hésitations sentimentales des deux personnages principaux. La série se décompose en deux gros arcs (le premier étant clairement le meilleur) et on y retrouve les ingrédients qui font les grandes séries sentimentales : triangle amoureux, situations embarrassantes qui prêtent à sourire, amour à sens unique, émotion avec parfois de la tristesse, du suspence à la fin de chaque épisode qui fait que l’on devient vite accros.
    A noter quil n’est pas nécessaire d’avoir vu les deux OAVs qui se déroulent avant la série pour tout comprendre ; mais c’est sur que ça doit être un plus de les regarder avant.

    Bref pour moi une bonne série sentimentale à voir pour ceux qui aiment le genre avant de se lancer dans la version papier qui semble, au dire de certains, d’une qualité supérieure.

    note 8/10

  10. Pour ma part ce fût un véritable coup de cœur ! Comme beaucoup d’anime que j’ai vu en quelques jours ( je passe mais nuit à ça lol) Il est magnifique, dramatique, mais surtout il nous tient en suspense parce que généralement on devine près du 6ieme ep avec qui le héro finit or là surprise retournement de situation et je suis bien contente de la fin alors certain, j’ai étais en mode madeleine plusieurs fois mais ça vaut réellement le coup, je vous le recommande les filles on à petit pincement au cœur mais c’est agréable !

    Merci Hinata de nous faire découvrir d’aussi beau manga que celui-ci ainsi que Red data gril je tiens à le préciser qui est génial !

  11. Et bah et bah… Tout ça a cause d’une demoiselle… Messieur Eve a croquer la pomme et a foutu la merde la c’est presque pareil :D

    Non mais sinon un super anime mode tranche de vie avec faut le dire des gens triste d’autre encore plus triste et des moins triste mais que de larmes :/
    Et il est vrai que si l’on se met a la place de Haruko, le pauvre qu’est-ce qu’il subit du début a la fin :/
    Mais bon un plaisir pour les yeux et pour ceux qui aime finir la soirée en mode madeleine :)

    Enjoy ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *