Beastars

Beastars

Une saison 2 est prévue pour 2021 !

TITRE ORIGINAL : ビースターズ
TITRE ALTERNATIF : Beastars
ANNÉE DE PRODUCTION : 2019
GENRES : Action | Amour / Romance | Comédie | Drame | Psychologie | School-Life | Tranche de vie
AUTEUR : Itagaki Paru
STUDIO : Orange
ÉPISODES : S1: 12 x 24 min

RÉSUMÉ :

Source : [Icotaku]

Adaptation en anime du manga BEASTARS de Paru Itagaki. L’histoire nous plonge dans un univers d’animaux anthropomorphes.

À l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent dans une harmonie orchestrée en détail. La consommation de viande est strictement interdite, et les dortoirs sont séparés en fonction des régimes alimentaires. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes… mais la culture ne peut étouffer tous les instincts? Quand le cadavre de l’alpaga Tem est retrouvé déchiqueté sur le campus, les méfiances ancestrales refont surface !

Legosi est la cible de toutes les suspicions. Parce qu’il était proche de Tem, parce qu’il est une des dernières personnes à avoir été vues en sa compagnie… parce que c’est un loup. Pourtant, sensible et timide, il fait son possible pour réprimer ses instincts. Hélas, ses efforts sont vains face au vent de discrimination qui souffle sur le pensionnat…

Le seul qui pourra apaiser ce climat de terreur est le Beastar, le leader de l’école. Pour l’heure, les candidats ses préparent, les élections approchent… Le favori n’est autre que le cerf Louis, étoile incontestée du club de théâtre auquel appartient Legosi. Bien décidé à remettre les carnivores à leur place, il fait mine de ne pas craindre les crocs acérés du loup gris. Mais peut-être serait-il mieux avisé de ne pas le sous-estimer !

ÉPISODES :

01  02  03  04  05  06  07  08  09  10

11  12


32 commentaires sur “Beastars

  1. Beastars by Lyra

    DESSIN (9/10)

    ...Voir
    Les graphismes j’y adhère à fond. J’aime beaucoup le style des personnages animaux, sublimé par l’animation. Les scènes de nuit sont magnifiques. Et le choix artistique dès le début de l’épisode 1, en négatif en quelque sorte est juste excellent. Et ce ne seront pas les seuls (excellents choix) !
    Les décors sont très beaux aussi, c’est une part des graphismes qu’on a tendance à oublier, mais ils ont aussi leur importance dans l’ambiance.

    Pour rappel, le studio c’est Orange (Houseki no Kuni, Guilty Crown, Black bullet, Ghost in the Shell, norn9, Shuumetsu no Izetta, Zankyô no Terror…) ils ont su montrer qu’ils avaient des compétences dans la 3D, je trouve que pour Houseki no Kuni et Beastars, la CGI est un bon choix. Pour le rendu du cristal pour le premier, mais pour le second ça permet plus de liberté dans certaines scènes qui ne sont pas en 3D et qui sont magnifiques et pour ceux qui ont pas l’habitude ça devient vite plus fluide au fur et à mesure que l’oeil prend le pli. Je trouve que ce genre de contraste dans la façon de faire est très impactant émotionnellement parlant, en tout cas dans la façon que les animateurs ont décidé de l’employer. Et le contraste c’est quelque chose de très présent dans cet anime avec les négatifs, le 2D/3D, les lumières….

    Excellent travail d’ombre et lumières qui est très important dans le scénario, puisque Legoshi le personnage principal s’occupe des lumières dans son club, mais aussi et surtout dans l’ambiance. Qui sont d’ailleurs au service de notre héros loup, un protagoniste qui fait à la fois peur mais qui inspire aussi la compassion, la gentillesse. L’immersion dans l’histoire a été quasi immédiate pour ma part, avec un petit goût de Aku no Hana je trouve dans les débuts, j’ai ressenti la même chose que quand j’ai regardé cette série là. Un côté dérangeant, mais qui donne envie d’en voir plus.

    NARRATION (8.5/10)

    Dès le début la trame est posée.
    Un carnivore contre un herbivore. Et nous verrons bien les différents entre les deux. Cette fois deux groupes sont distincts de par leur régime alimentaire. Ça change des animés qui confrontent deux pays ou deux peuples différents.
    La mise en scène est sublime je trouve.
    On part sur un herbivore qui se veut fort et un carnivore qui déteste son statut de fort.

    DE CAPE ET DE CROCSVoir
    Pour la pièce de théâtre, c’est dommage parce que j’aurai aimé en savoir plus sur l’histoire que Louis souhaitait à tout prix mettre en scène sous la cape et le masque d’os d’Adler.

    Le herbivore avec des étiquettes sur les doigts pour un croc’. Erh, le marché noir c’est une zone qui me dégoûte.
    Comme un marché d’esclave mais là les esclaves ne vivront pas longtemps après leur achat….Plutôt glauque, car les carnivores n’ont pas le choix d’être déjà addict à la viande, c’est instinctif. Un carnivore c’est un drogué dès le départ….donc après a choisir entre la viande or no. L’adolescence des carnivores est d’autant plus difficile. #legoshietbill
    C’est assez amusant parce que ça peut faire réfléchir à l’alimentation. Par rapport à nous humains, sur le fait d’être végétarien.
    C’est vrai que j’aurai pensé à la même chose que monsieur le panda…Legoshi à de drôles de goûts…. Le test du magazine de lapine en chaleur m’a mise K.O.

    On a le droit à un temps de pause pour souffler avec l’historie des oeufs de Legom, la voisine de table de Legoshi, qui fait les meilleurs oeufs de l’école.
    Les herbivores producteurs se font masse thune !
    Ce genre de pause dans le rythme ça fait du bien, et puis on en apprend un peu plus sur comment se déroule la vie pour d’autres élèves.

    Scène de fin de l’épisode 7, le regard rouge avec la peinture, woaow. C’était franchement sublime.

    Maintenant parlons de l’enfance LOUIS. Numéro 4 pour certains mais numéro 2 pour nous ! (oui désolée, mais c’est Legoshi le number ONE)
    Le triangle Louis/Haru/Legoshi Le fait que Haru sa raccroche à Louis est réconfortant, parce que personnellement je ne veux pas que Louis soit seul, j’ai peur qu’il se barre en cacahuète dans sa tête. (J’ai bien raison de penser ça vu les derniers épisodes !) Et en même temps je veux que Legoshi soit heureux avec sa petite Haru chérie.

    Un problème à échelle universelle : la compréhension humaine.

    PHILO TIME !Voir
    Dans les animes en général il y a conflit entre deux camps. Hors méchant/gentil évidemment, je parle d’ici de cas beaucoup moins manichéen, par exemple quand on confronte des peuples venant de deux mondes différents comme dans la majeur partie des sci-fi show. comme Cop Craft ou Aldnoah.Zero.
    Ou même des grands classiques tel que Roméo et Juliette. Avec deux familles en guerre dont les enfants ne rêve que d’union. On pourrait ici mettre Legoshi à la place de Roméo et Haru de Juliette.
    Beastars amène cette thématique par des personnages sous un angle de vu anthropomorphique, carnivores face à herbivores, proie contre prédateur.
    Nos comparses se donnent la réplique, et c’est d’autant plus le cas puisque le théâtre joue un rôle majeur dans cette série, série qui souligne la puissance qu’à le dialogue et l’échange entre deux personnes.
    Parce que on le sait tous, la compréhension humaine repose sur la communication.

    Puis pour Beastars on peut se poser une autre question encore.
    Par rapport à leurs instincts de prédateur et de proie.
    Peut-on dire que la relation de Legoshi et Haru est ‘naturelle’ ?
    Hors si Legoshi transcende sa condition animale pour que cet amour puisse voir le jour, peut-on dire que c’est contre-nature ? Puisque Legoshi se bat contre un lui intérieur et cherche à s’en détacher, voir même à l’utiliser pour être avec Haru, ce dépassement de sa propre déficience n’est pas le fruit de l’évolution et donc en corrélation avec la nature ?
    L’animal et sa nature de bête = l’humain et sa nature.
    Si l’intelligence permet d’outrepasser ses propres caractéristiques et limites en temps qu’être, l’humain, création de la nature n’est-il pas lui même un paradoxe ?

    Le show est attrayant car les personnages suivent un fil de caricature, mais s’en détache malgré tout de manière très intéressante. Ici nous avons en protagonistes 2 garçons et une jeune fille qui évidemment obéissent aux cliché du triangle amoureux.

    EL PERSONAJESVoir
    Lui le fort timide, classique comme dans Ore Monogatari sous les traits de Takeo Goda, mais Legoshi lui ne peux aller contre, il ne peux être un Takeo, tout simplement parce que il inspire la peur et que lui même ne peut s’empêcher d’inspirer la peur quand il perd ses moyens.
    Le dos toujours courbé, car bien trop grand et bien trop peu à l’aise dans son corps de carnivore. Tape ton conflit intérieur.
    En plus de l’histoire des escalators ‘ça va trop vite, y a trop d’étages à fouiller’ c’était tellement adorable, et il a raison, si il se sent bousculé c’est que c’est pas à son rythme et qu’il doit explorer les autres étages. Chacun son rythme dans les relations, y a pas de vitesse par défaut.
    Ce genre de remarque et ses réactions en fait quelqu’un de particulièrement attachant
    Parlons de Kabu, le scarabée, Legoshi en prend soin comme à la prunelle de ses yeux, c’est une créature aussi fragile et petite que Haru il va pas le manger le scarabée hehe, comme Haru, même si sa nature fait que c’est compliqué.

    Tiens d’ailleurs, ça me fait penser au égalité hommes/femmes, comme quoi une femme serait plus faible qu’un homme, c’est biologique, pour carnivores/herbivores c’est plus ou moins le même combat. On ne peut pas nier les choses d’ordres biologiques et faire comme si ça changeait rien entre les deux sexes, c’est juste faux. Mais agir pour plus d’équité c’est possible. Y a une grande nuance entre égalité (puisque les femmes ne PEUVENT être l’égale des hommes (l’inverse aussi eh), et équité, pour un confort de vie équivalent.

    Haru, quant à elle, est très loin des héroïnes de shojo comme Rinko Yamato, si on reprend Ore Monogatari, même si il y en a nombre d’autre…a un passé plutôt doucereux, où elle doit constamment faire attention à ce qui l’entoure car elle n’est qu’un lapin nain fragile et qu’elle peut perdre la vie à chaque instant. La remarque du grand-père de Legoshi sur les sous dans la sandale montre bien que peut importe les chances et dons qu’on a eu à la naissance ne change en rien le fait que quelque chose puisse nous arriver. (et que papy s’inquiètes haha !)

    Et Louis l’archétype du beau-gosse taciturne qui fait craquer les filles de la Cherryton School avec un papa qui a une place haute dans la société. (il semblerait)
    Louis, le personnage ‘star’ de la série ou peut-être pas, on verra bien comment son ambition de Beastars va être malmené avec ses envie d’être reconnu comme un fort. Le typique gars qui se veut irréprochable. Un peu comme Teruhashi dans Saiki Kusuo. Toujours le torse bombé. Mais la version sombre et torturé.
    Un passé comme celui là j’avoue c’est plutôt chaud les marrons chaud.
    C’est compliqué de savoir ce qu’il veut réellement dans la vie, à part évidemment effacer définitivement son passé. (or no when tu vois le dernier épisode) On remerciera le maire, hein, qui fait du chantage à un enfant par rapport à une histoire pas très clean du tout.
    Devoir admettre qu’il est faible tout simplement c’est hors de question, pour lui, la vulnérabilité c’est niet. Comme lorsqu’il se blesse la jambe mais force malgré tout pour jouer à tout prix la pièce.

    Le générique d’ouverture est particulier, à lui tout seul il y a une micro histoire ! L’ambiance de l’opening est sensiblement la même que dans l’anime, elle met en lumière (par ses jeux d’ombre également haha), les côtés sombres et rayonnant des sentiments des personnages et de l’histoire en général.

    J’aime j’aime j’aime cette wild side.
    Avec le style marionnettes. Bon sang ce show est plein de ressources !

    ‘Je veux connaitre ton nom, pas tes sous-vêtements.’

    ‘Quand tu es nerveuse, n’hésites pas à toucher ma queue.’

    #17.5/20

  2. Alors le début étais bon mais a force a partir de l'épisode 4-5 j'ai commencer a me faire chier je trouve l'histoire a commencer a tourner en rond un mix de quotidiens banal j'ai rien contre mais le coté school life j'ai rien contre mais le coté malsain de l'anime a finir par disparaître et du coup bah pas ouff finalement…

    Mais sa a fini par changer a partir de l'épisodes 9 ou le coté malsain de leur monde est revenue a la surface, c'est pas original ce qui arrive mais au moins on peux apprendre a quel point leur instinct animal peux être violent.

    Bref l'anime est bien je m'attendez a mieux du coup je suis un peu déçu après c'est pas mauvais non plus et l'animation full 3D ne m'a pas déranger j'attend mieux dans la saison 2.

  3. Franchement c'était chouette! Je ne suis généralement pas fan de tout ce qui met en scène des animaux "humanisés" disons, mais là ce n'était pas du tout dérangeant. Les personnages sont complexes et bien développés, c'est un plaisir. Legoshi, Haru, Louis et Juno sont des personnages principaux très intéressants, ce ne sont pas des archétypes tout à fait cernables et je vois tout l'effort qui a été donné pour en faire des personnages qui réfléchissent. Ils pensent et/ou disent parfois des choses que je trouve très poussées, et ça c'est génial. Ils ont parfois des manières d'agir ou de vivre avec lesquelles je ne suis pas d'accord, j'ai envie de leur dire "oh, tu te calmes oui?", notamment Louis, ou Haru, mais ils ont des passés et des cicatrices telles, qui font que je comprends tout à fait leur réaction, et c'est tout à fait cohérent. Le fond scénaristique est chouette aussi, beaucoup de contexte de club théâtre, mais ce qui est agréable c'est de suivre l'évolution des relations, de voir les interactions avec les amis, etc. Des ambiances un peu mélangées, parfois claires, apaisantes, drôles; parfois sombres, intenses, je l'ai déjà dit pour d'autres animes, mais j'adore quand y a des mélanges, des nuances, etc. Les scènes érotiques, je les trouve très bien faites aussi, se détachant un peu des scènes classiques. En fait la façon dont l'expression du désir d'adolescent se manifeste est bien menée

    SpoilerVoir
    ce n'est pas le classique homme et femme tombent amoureux, sortent ensemble, premier baiser, puis première fois qui se passe bien. Legoshi le dit lui même, il sent sauter des étapes, mais ce saut d'étapes, c'est lui-même qui le fait, eh ben voilà, chacun son rythme, certains vont plus vite que d'autres. Haru a des plans culs avant de tomber amoureuse. Et puis enfin, quand Legoshi et Haru se retrouvent au motel, ils ont envie, y a des couacs, Haru tente de se forcer mais Legoshi ne veut plus, et finalement il ne se passe rien. J'ai trouvé cette scène vraiment humaine. Je vois rarement des scènes d'amour autre que la symbiose de deux personnes sans expérience qui s'aiment et couchent ensemble.

    Voilà c'est pour ça que j'ai aimé les scène érotiques, moins pour l'émoustillement que ça me procure que l'humanité qui s'en dégage.

    Point graphisme : ça m'a un peu dérangé le fait que le mouvement des personnages soit fait en 3D, mais on s'y habitue. Autrement le trait du dessin, les couleurs, elles sont bien. Haru est vraiment belle, les costumes de théâtre sont vraiment beaux (bon c'est pas vraiment un costume mais Juno était tellement belle avec ce qu'elle portait à l'épisode 12, et son maquillage waaa magnifique)

    Point musique : Alors je suis tombé sur cet anime grâce à l'opening que je trouve mais génial! Je trouve ça trop bien d'avoir fait un style graphique des personnages en mode poupée de bois dans cet opening, y a une mini histoire et déjà dans cet opening y a l'ambiance qui est posée. La musique est super entraînante. l'ending est plus doux, nostalgique, mais il est vraiment bien. Non les musiques m'ont vraiment envie de danser, bouger ma tête pour l'ending et mon corps tout entier pour l'opening. Les OST sont sympas aussi!

    Le mot de la fin : un anime à connaître et regarder, quasi absolument, bon même si je dis quasi dans ma formule, y a aussi absolument. Bref regardez le!!

  4. Et bien j'ai pas grand chose a dire en vrai. J'adore l'ambiance malsaine de cette anime tout comme le coté slice of life. Je trouve que le CGI ne rame pas trop (pas autant qu'un ajin par exemple). Mais la pour le coup les furry en CGI sa colle assez bien et c'est pertinent a la CGI et l'utilise la 3d pour des plan purement 3D du coup je valide.
    En tout cas je suis preneur pour la saison 2 tout en gardant l'ambiance qui lui est propre. C'est du bon taff ^^
    8/10
    1. Petite info supplémentaire, le studio qui a réalisé cet anime est le même que Houseki no Kuni, donc niveau CGI normal que le rendu soit agréable à regarder ^^
  5. Ben voilà, une bonne série de plus =) très bien menée du début à la fin, tant dans le fil rouge que dans le contexte, très sympa! Le seul bémol (et encore, le mot est fort) que je pourrais lui trouver (au conditionnel, notez bien) c'est certaines phases un peu lentes dans l'animation. Je perçois l'idée et l'ambiance recherchées, mais j'ai eu un peu de mal à m'y faire. Enfin, c'est un détail, d'autant qu'il est largement compensé par des scènes d'une fluidité impeccable, notamment d'actions, que j'ai trouvé vraiment belles!

    Tout ça pour dire: Le duo Itagaki Paru / Orange fonctionne, pour notre plus grand plaisir ^^

  6. Mais dis donc ! J'adore le manga et l'animation d est pas mal ! quelqu'un a dit plus bas dans les comm que le fait qu'ils soient des animaus et pas des huamins ça aident, c'est assez vrai . Chuis pas déçu.
      1. Finalement l’épisode est pas mal ! Je pense que le fait que ce soit des animaux et non des humains, rend 'animation 3D moins dérangeante et moins envahissante !
    1. Ayant lu premier tome et la moitié du 2 je te le conseille !
      On est pas dans un délire comique où il y a des blagues sur le sexe etc tout au contraire ça pose une thématique qui existe réellement (racisme, discrimination etc) mais avec des animaux pour que le message "passe mieux"

      Si tu as vu le disney Zootopie, il reprend la même thématique mais en beaucoup plus sombre et mature ^^

  7. Le manga est excellent, mais contrairement a ce qu'on croirait y a pas tellement d'action. Surtout un slice of life avec des personnages un peu spéciaux qui sont généralement trèsapprécié dans leur genre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *